• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -147-

     Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -34-

    Parfois, lorsque un travail n’attendait pas, Juliette se dépêchait de rentrer à Aigue-blanche afin d'aider sa mère. Les deux amies se saluaient, alors, et Isabelle s'en allait finir l’après-midi comme autrefois, dans la baie ogivale de la vieille salle encore debout sur ses fondations. Elle s'asseyait, ayant prit soin de prendre un livre avec elle. Selon son envie, elle lisait ou dessinait, ayant sous les yeux la beauté du paysage qu’elle aimait tant.

    Peut-être que lorsque le château serait envahi par toutes sortes de gens qu’elle ne désirait pas connaître, trouverait-elle là, une retraite où les élégantes et futiles relations de sa belle-mère ne viendraient pas la déranger. La jeune comtesse aimait les mois de fin d’été qui étaient propices à l’inspiration, mais ces instants de paix n’était pas encore à l’ordre du jour. Malgré tous ses soucis tourbillonnants dans sa jolie tête blondeelle avait emporté, en plus de sa lecture, son album à dessin pour faire quelques ébauches. Vers les seize heures, la lumière éclairait encore l’ensemble du paysage qui commençait à prendre divers teintes de rouge, de couleurs ambrées et dorées, ce qui donnaient à la jeune comtesse, des idées de décoration qu’elle comptait présenter l’hiver suivant à une maison pour laquelle son oncle pouvait lui procurer une introduction. Quand elle fut installée, elle ouvrit l’album et essaya de s’appliquer à son travail. Mais elle manquait d’entrain. Fallait-il l’attribuer à la lourdeur du temps, et à la chaleur orageuse de cet après-midi, ou bien plutôt à la perspective de voir arriver le lendemain dans l’après-midi, son père et sa femme ?

    Ludivine s’était rendue à château neuf afin de faire préparer les appartements par les femmes de chambres. Dominique et Angèle n’étant qu’au service des habitant de château vieux, d’autres domestiques devaient, pour le soirarriver de Paris. Les de Rubens continuaient de mener grand train pourtant, d’après ce que Juliette avait entendu dire par son frère, la fortune de sa belle-mère avait sensiblement diminué.

    Menant un train de vie qui n’était pas loin de dépasser les possibilités de leurs avoirs, comme beaucoup d’autres aristocrates de cette époque, les de Rubens n’étaient pas décidés à perdre la face devant leurs relations. Isabelle songeait avec un amusement ironique que les bijoux de la princesse hindoue les auraient plus que bien avantagé... En revenant de Verte-cour, elle les avait retrouvé intacts dans la cachette de sa chambre, derrière la plaque de la cheminée aux armes des de Rubens. Pendant combien de temps encore, devraient-ils rester là ? Sa grand-mère lui avait fait promettre de ne révéler son secret à personne de son entourage, sauf à son mari si elle se mariait un jour. Mais comme elle ne comptait pas convoler en juste noces, les joyaux resteraient dans leur cachette. Il y avait, cependant, quelque chose qui la tracassait. En effet, ce trésor devrait bien, à un certain moment de son existence, être le sujet d’une confidence à quelqu’un en qui elle aurait toute confiance, car elle pouvait mourir subitement dans un accident provoqué par un esprit malfaisant, comme l'avait été, elle en était certaine, celui qui avait provoqué la mort de sa tendre mère. Cela était fort possible et son imagination galopait. Si elle disparaissait avant même qu’il lui fut possible de révéler la cachette secrète à une personne digne de foi qui respecterait son vœu. A qui donc pouvait-elle confier cette responsabilité ? Elle ne la confierait pas à sa marraine qui n'était plus très jeune. Isabelle ne pouvait pas, non plus, confier à sa tante Victoria qui vivait retranchée dans sa farouche solitude ce secret qui commençait à lui peser... Un seul nom lui vint à l’esprit, c'était le prénom de William qui, sans oser se l'avouer, était si cher à son cœur.

    147

    sceau copyright

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -146-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -148- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :