• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -80-

    Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -34-

    Beaucoup de ses amies et ses connaissances admiraient ses longues mains blanches et fines. Vos mains sont larges, courtes et n'inspirent pas l'admiration. J'étais très petite lors de son... accident tragique. Pour moi, maman est toujours avec moi. J'ai, sur le mur de ma chambre, un pastel la représentant en entier, et l'on peut y admirer la noblesse de ses mains reposant sur sa jolie robe... les vôtres sont quelconques...

    Sous le regard insistant d'isabelle, les mains de la comtesse qui reposaient sur sa robe de soie bleue nuit, se crispèrent : L’œil inquisiteur de sa belle-fille la dérangeait terriblement. Isabelle, qui n'en avait pas tout à fait finit avec son orgueilleuse belle-mère, osa encore ajouter d'un air narquois, 

    — Vous pouvez vous affubler des toilettes les plus onéreuses et des bijoux de famille les plus précieux, vous n’aurez jamais la grâce de ma mère pour les porter, pas plus que ne coulera dans vos veines le noble sang des comtes de Rubens ! Vos titres de noblesse, avant d'endosser celui de mon père, vous les avez usurpé ! Que cela vous convienne ou non, je suis la dernière vraie comtesse de Rubens, ne vous en déplaise ! Les alliances sont bien souvent sources d’ennuis et vous en faites partieJe vous laisse le choix de vos réflexions à ce sujet. 

    Pendant un instant, les paupières aux longs cils cachèrent le regard furieux que cherchait les yeux provocants d’Isabelle. Mr de Rubens s’empêtrait dans sa colère, ce qui le fît bégayer lorsqu'il haussa de nouveau le ton pour fustiger sa fille : 

    — En voilà assez ! Vas...vas-tu te... te taire ! Tu... tu as un ton qui ne... ne me plaît guère pou... pour t'adresser à ma fff... femme !

    Ne vous étranglez pas, père ! Votre femme serait veuve avant l'heure ! On ne peut deviner ce qu’elle peut avoir en tête ! Quant au ton que je prends : c’est le miens, Mr le comte. Vous n’y pourrez rien changer ! Fît Isabelle avec un rire moqueur.

    Oh ! Rudolph ! Qu'ose t-elle supposer à mon sujet ?! C'est insoutenable !

    — Petite insolente ! Va-t’en ! Hors de ma vue ! Dit à Adélaïde de venir me parler demain matin pour que je lui donne les instructions à ton sujet !

    — Bien, Mr ! Comme il vous plaira, Mr ! Répliqua toujours ironiquement Isabelle, nullement impressionnée par le son de sa voix.

    Après une révérence qu’elle voulait impeccable pour faire enrager sa marâtre et prouver à son père qu’elle savait très bien se conduire en société si l’entourage où elle évoluait lui convenait, Isabelle s'appliqua à faire une gracieuse volte face et sortit du salon sans en refermer la porte et en prenant bien soins d’adresser un sourire narquois à la femme de son père qui était, intérieurement, folle de rage... Le sourire moqueur que l'adolescente affichait était un sourire de provocation, masquant une peine imminence d'avoir à quitté son Monteuroux. Elle se devait de ne rien montrer de sa peine en acceptant de mauvais gré le sort qui lui était réservé. Et pourtant...

    — Détestable enfant ! S’affligea Édith ; mais cette appréciation s’accompagnait d’un sourire qui devait en diminuer la portée afin de ne rien laisser paraître à son époux, de la haine qu’elle portait à la fille.

    — Espérons que la société de sa cousine et de son cousin que je suppose tous deux bien élevés, lui seront profitables puisque ni vous, ni moi, ne pouvons rien obtenir d’elle. Espérons que Lord Montaigu-Meldwin réussira mieux avec elle, là où nous avons échoué ?

    Peut-être ? En tout cas, vous serez délivrée de ce soucis, ma chère femme. Nous la laisserons jusqu'à sa majorité là-bas, et à son retour, nous tâcherons de la marier le plus tôt possible. Elle ne sera pas dotée de ma part car je ne puis, vu mes finances, lui laisser quoi que ce soit. Par contre, sa grand-mère en a fait son héritière universelle. Elle n'ai pas au courant de cet héritage. Je crains, par ailleurs, que le charme et la grâce naturelle de sa mère ne lui face défaut, ce qui auraient pu, aux yeux de certains jeunes partis, être une compensation...

    80

    sceau copyright

     

      

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -79-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -81- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 1er Mai à 10:50

    Bonjour

     

    de plus en plus d'intrigues en ce roman familial

    quel destin va t elle vivre, la petite heritiere ?

    a suivre LOL

     

     

    bon weekend

     

    Muguet Du Premier Mai



    bon premier mai
    avec un bouquet
    de muguets imaginaires
    que j'offre de mon univers

      • Vendredi 1er Mai à 14:15

        Tu es adorable, Philippe !

        C'est le premier que je reçois !

        Je suis très touchée pour ton geste amicale !

        Je te souhaite également un très bon premier Mai !

         

        Oui pour La jeune héritière, tu vas t'enfoncer 

        de plus en plus dans une tragédie Grec... LOL !

        Bon premier mai à toi,mon ami.

        Ghis.

        gif-animé-muguet-de-mai-je-porte-bonheur-avec-oiseau-0091 - les ...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :