• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -198-

    Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -34-

    Les sourcils d’Isabelle se rapprochèrent en signe de vive surprise. Le son de sa voix se nuança d’impatience et de sécheresse. Mr de Rubens en parut violemment irrité.

    Vas-tu oser accuser cette malheureuse enfant parce qu'elle n'est plus là pour se défendre? Oseras-tu reporter la faute sur elle ?!

    Je n’ai aucunement besoin d’oser, comme vous dites ! Je désire simplement que les responsabilités ne soient pas déplacées, et que vous ne cherchiez pas à me culpabiliser pour une chose que je n’aurais jamais faite et ce, pour satisfaire le mauvais esprit de votre femme ! Je vous ai déjà expliqué ce qu’il s'est passé. Ai-je besoin de vous répéter que c'est Thierry qui a voulu cueillir cette maudite fleur de nénuphars, alors que je me rapprochait du bord pour accoster ! C’est par innocence, que l’enfant a déterminé la suite des événements qui se sont terminés en catastrophe. Je n'ai pu qu'essayer de les sauver tous deux ! N'oubliez pas que j'étais seule et que je devais faire vite pour sauver la mère et l'enfant ! Heureusement que j'avais lâcher les rames un peu avant, ce qui me permit de plonger instantanément, même si, en fin de compte, mon geste fut vain ! Si Ludivine ne s'était pas accrochée à moi au point de me faire couler avec elle, j'aurais, peut-être, pu sauver le petit ! Et si vous tenez absolument à chercher une responsable, c'est Ludivine qui est en cause en ayant cédé au caprice de son fils ! Elle n'a jamais su l'habituer à obéir !  Malgré le refus que je lui opposais à faire ce tour de barque, Ludivine, à insister, et elle n'a pas su, ensuite, d'empêcher son fils de commettre une imprudence qui devait s'avérer fatale pour tous les deux. Voilà toute la vérité ! Il est donc inutile de chercher une coupable puisqu’il n’y en a pas ! Ma belle mère sait si bien y faire pour vous convaincre d’une culpabilité dont le poids n’est aucunement sur mes épaules, mais bien sur les siennes pour avoir élevé sa fille à l’image de son caractère ! Et vous, père, vous êtes par trop crédule lorsqu’il s’agît de croire votre femme et ses accusations malsaines !

    Tu parles bien haut, ma fille. Baisses le ton, veux-tu ?

    Baisser le ton ! Répliqua Isabelle. Je n’ai jamais baissé le ton alors que je n’étais qu’une adolescente devant votre femme ou vous-même, lors de vos remontrances infondées ! Je ne vois pas pourquoi je le ferai aujourd’hui, alors que je n’ai rien à me reprocher ! Je ne vous dois aucune autre explication que celle que je viens de vous donner ! Il faut bien que je me défende ! Je ne vais quand même pas me laisser accuser d’un fait dont je ne suis pas responsable ! La faute n’est pas mienne ! Je suis en âge de vous tenir tête, que je sache ! Il est fini le temps où j’étais sous votre autorité à contre cœur, étant donné le peu d’attention que vous m’accordiez depuis le sois disant accident de ma pauvre mère, et dont je peux, à mon tour, douter aujourd'hui… Il va venir le jour ou je découvrirais la vérité ! J’ai assez souffert, par sa faute, par votre absence, votre aveuglement et votre négligence envers moi ! Vous avez traité votre propre fille comme une exclu, une pauvresse, abandonné à son triste sort ! Je vous en tiens rigueur, et ne vous pas plus de respect que vous n'en avez eu pour moi, votre fille !

    198

    sceau copyright  

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -197-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -199- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :