• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -9-

     Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -15-

    D'un air désabusé, Isabelle lança :

    Comme d’habitudeRien ne change...

    Mais enfin ! Allez-vous vous taire ! Quand est-ce que vous comprendrez que vous n’est rien qu'une enfant mal éduquée ? Allez-vous obéir à mes ordres et sortir !

    — Les enfant mal élevés n’obéissent à aucun ordre et ils pratiquent l'insolence avec délectation. Ne le savez-vous pas ? Il va falloir vous y faire ! Je n'ai aucunement l'intention de vous obéir...

    Ludivine, détournant légèrement sa jolie tête, dit à mi-voix avec cet air de fausse indulgence :

    Oh ! Maman, ne l'humilie pas ainsi ! C’est une de Rubens !

    — Je me soucie peu de votre soutient hypocrite accompagné de votre compassion douteuse, Ludivine. Je n’ait que faire de vos faux-semblants ! Je sais me défendre seule !  A l'avenir, abstenez-vous de prendre ma défense, voulez-vous ?

    Le jeune comte, stupéfait de la joute entre la comtesse de Rubens et sa cousine, n’en revenait pas. Il restait neutre, mais n’en pensait pas moins. Sa cousine germaine était âgée de seulement seize ans et pour son âge, elle avait un sacré caractère ! Il n'en revenait pas de voir l'adolescente oser tenir tête à ce qui devait représenter l’autorité pour elle. Il comprit que sa cousine ne cédraie rien face à sa belle-mère. C’était un vrais coq de combat ! En effet, Isabelle ne se départit pas de son calme et continua de plus belle :

    Pour répondre à vos injonctions, je ne me sens nullement obligée d'obéir à vos commandements ! Je m’en irai que si l’envie m’en prend. Pas avant, ne vous en déplaise ! A part mon cousin germain, je suis la seule vrai comtesse de Rubens dans ce salon, et là, je décide de m’en aller parce que votre vue et celle de votre fille m'insupporte.

    L’air narquois de la jeune adolescente rendit la d’Argenson encore plus folle de rage. Rouge d’une colère contenue, elle décida de se donner une contenance en jouant la comédie du sourire charmeur tout en tendant à William sa main à baiser, faisant mine de ne pas avoir entendu les derniers mots blessants lancés par sa belle-fille. Le jeune comte s’exécuta, montrant un respect feint, nullement ressentit, que l’on devait, encore à cette époque, pratiquer aux dames de la noblesse, mais dont, lui-même, se serait fort bien passé.

     9

    sceau copyright

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -8-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -10- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 26 Mars 2019 à 11:05

    voila ce que j'ai lu la derniere fois,

    ca va, je ne suis pas trop loin encore pour me reperer eh eh eh

     

    je mets un commentaire pour savoir ou j'en suis et vendredi lire la page suivante

      • Mercredi 27 Mars 2019 à 14:28

        HI !HI !Hi ! Tu me fais sourire en lisant tes commentaires.

        J'aime bien te lire ! Mais tu as raison :

        J'ai aussi du mal à me repérer lorsque je ne mets pas un point de repaire.

    2
    Jo
    Mercredi 27 Mars 2019 à 15:49

    Hello Ghislaine

    Je trouve le texte mieux aéré, bravo.

     

    Les hommes sont tellement faibles,hihihi

    Je m'en fiche, je suis un oiseau, hihihi

    Gros bisous

    Jo

      • Jeudi 28 Mars 2019 à 10:45

         

        Je te remercie Jo d'avoir volé jusqu'à mon blog lecture.

        Tu es toujours le bienvenu ici !

        Gros bisous sur le bec du Condor.

        Amitié, Ghis.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :