• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -137-

    Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -34-

    Ah ! Fait remarquer Isabelle, surprise. Nous ne sommes que fin juin ? Je suis très étonnée ! Même avec sa mère et mon père, elle n’est jamais venue aussi tôt ?

    La tasse qu’elle tendit à William faillit lui tomber des mains. Elle ne pouvait en contrôler le tremblement. Elle ressentait un froid intense qui venait de l'envahir jusque dans son cœur qui se mit à battre plus vite. Juliette, sans vergogne, fit une moue accentuée par la contrariété du moment et murmura :

    Vous avez raison Isabelle ! Et bien, il va nous falloir faire un effort afin de la supporter ! Voilà une bien mauvaise nouvelle ! Il ne nous reste pas grand temps pour ressentir de la tranquillité loin d'elle !

    William ne répliqua pas aux allusions de sa sœur, ce qui reflétait bien son état d’esprit.

    Et Juliette de rajouter :

     Si elle ne change pas d’avis... j’espérais avoir encore deux mois de répit et je pensais vraiment qu’elle ne viendrait que vers la mi-septembre pour ne pas avoir à rester trop longtemps à la campagne qu’elle n’apprécie pas du tout. Il est certain que nous avons une véritable aversion pour elle, mais nous nous efforçons de ne pas le montrer. Elle est si sournoise, tellement imbu d'elle-même que s'en ait indécent ! De plus, elle est tellement mielleuse quand elle s’adresse à vous, si coquette auprès de sa cour qui se doit de l’aduler afin de satisfaire son orgueil ; mais ici, elle n’a pas sa cour ! Elle ne peut que briller à Paris auprès de sa mère et de ses amis qui sont très superficiels comme elles deux... Que c'est désolant d'avoir une telle belle-sœur !

    William l’arrêta net dans ses propos diffamatoires concernant sa femme, mais néanmoins, tout à fait exacts :

    Je te prierais, dit froidement William, de te taire sur les défauts de ma femme car, enfin, elle est ma femme, même si on a l’impression que je vit seul, que la joie ne règne pas dans mon couple et le domaine lorsqu’elle vient séjourner à Aigue-blanche. Moi aussi, je ne m’attendais pas à la voir avant la mi-septembre. Il va falloir faire avec petite sœur, et se montrer courtois, même si cela ne nous convient pas. Il s’accouda à la table de marbre sur laquelle il avait posé sa tasse. Refusant du geste les pâtisseries que lui présentait sa sœur, il demeura un instant silencieux, visiblement perdu dans ses pensées. C’était un jeune homme fort ténébreux, mais là, le malaise était palpable. Juliette regardait Isabelle d’un air penaud, s’en voulant d’avoir trop parlé concernant le caractère insupportable de sa belle-sœur. Pour cacher sa gène et se donner une contenance, Isabelle, avait repris sa place et la brassière qu’elle avait abandonné quelques instants sur son siège afin de servir le thé. Ce silence ponctuel pesait tout à coup très lourd sur les trois jeunes gens. De longues minutes s'écoulèrent avant que William se mette à parler d’autres sujets, et principalement d’un ouvrage récemment parut, prêté par lui à sa cousine. Il rappela les souvenirs d’un voyage fait l’année précédente en Italie, avec un ami qui habitait Florence. Isabelle s’y trouvait à cette même époque, ayant accompagné son oncle, et sa cousine Alice.

    137

     sceau copyright

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -136-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -138- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :