• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -9-

    Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -11- 

    Château neuf était rattaché à la vieille tour ronde de château vieux qui faisait plutôt penser à un donjon. A la base de celle-ci, Isabelle ouvrit une petite porte cloutée de fer et entra dans une pièce où se trouvaient les armoiries de la famille. Cette armurerie, attenante à la sellerie, contenait toutes les armes anciennes du comte, maître de ces lieux, qui voisinaient avec des fusils de chasse modernes. On y voyait aussi des armures, dont l'une, très noire, comme celui à qui elle avait appartenu, et que l'on avait surnommé le comte maléfique parce qu’au dix septième siècle, il avait droit de vie et de mort sur ces vassaux. Parce que cruelle et sadique, on se méfiait de lui afin qu'il ne sache pas quand aurait lieu le prochain mariage dans le village. Méchant et malsain, il se faisait un malin plaisir à humilier les jeunes filles vierges en passe de convoler eu juste noces avec leur promis. Le comte s’octroyait un droit de cuissage que son rang lui permettait d’exercer sur ces jeunes filles vierges avant qu'elles ne prennent un époux si, bien sûr, elles étaient à son goût. Il était le seigneur et maître de son grand domaine. Toutes les terres environnantes lui appartenaient et par voie de conséquence, les paysans qui entretenaient le domaine lui devaient obéissance. Il décidait selon son bon plaisir de traquer les jeunes filles les plus belles pour son propre usage. Il n’était pas obligé de pratiquer ce rite ancestral, cependant, il ressentait une certaine satisfaction à pratiquer ce droit de cuissage sur elles afin d’humilier les fiancés et de leurs faire comprendre que même leur corps et leur vie lui appartenait, les obligeant, ainsi, lorsqu’il s’avérait qu’un jeune couple se retrouve à attendre un enfant qui était de lui, les obligeant à élever l’enfant né de ce viole. Ce comte à l’armure noire avait des enfants naturels dans tout le conté qu’il se gardait bien de reconnaître ! La peur d'être la prochaine victime du comte obligeait le plus souvent les jeunes filles à se cacher lorsqu'elles en avaient le temps. Au galop du cheval du comte, elles s'enfonçaient au plus profond de la forêt et restaient cachées un certain temps, attendant que l'on vienne les avertir qu'il était parti. Comme par enchantement, elles disparaissaient afin de préserver leur dignité et leur virginité jusqu’à leur mariage. Elles ne voulaient pas appartenir à ce monstre, désirant se garder pure pour leur bien aimé. Elles préféraient se marier secrètement au font des bois sachant ce qui les attendait si le maître des lieux avait vent de l'affront qui lui était fait. Ce comte faisait peur : il faisait régner la terreur partout sur ses terres. La lubricité de cet homme était sans  mesure et aurait pu être comparé, en son temps, au marquis de Sade. Même après sa mort, sa réputation et sa légende l’avait suivi jusqu’à ce jour...

    Dans un coin du mur de cette vieille tour, se dissimulait un renfoncement cachant un escalier en colimaçon menant aux étages supérieurs. Isabelle s’y engagea lestement. Le premier étage avait été divisé en trois pièces, dont l'une était sa chambre, et une autre où elle entra après un coup bref frappé à la porte, était la chambre d’Adélaïde de Brémont, l'ancienne préceptrice de Daphné Meldwin lorsqu’elle était encore jeune fille et qui, par la suite, était devenue la première femme du comte Rudolph de Rubens et la mère d'Isabelle. La pièce était sommairement meublée. Adélaïde, assise dans une des embrasures profondes du mur où se trouvaient une petite fenêtre en arrondi, cousait aux dernières lueurs du jour. La lumière encore assez prononcée, éclairait sa chevelure neigeuse bien lissée catogan. Son profil encore aimable malgré les rides profondes de son visage, s’illumina soudain à l'entrée de la jeune fille.

    9

    sceau copyright

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -8-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -10- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :