• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -85-

    Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -34-

    Une heure plus tard, Isabelle et Adélaïde descendaient l’escalier de la vieille tour. Au rez-de-chaussée, une porte donnait dans une galerie ornée de bustes en marbre et de vieilles tapisseries par lesquelles on arrivait directement dans le vestibule de château neuf. De là, on descendait trois marches de marbre dans la cour d’honneur au centre de laquelle des parterres fleuris de campanules mauves qui avaient finit de fleurir, mais qui laissaient un très beaux tapis de sol entourant un bassin rond étant en fonction. Dans l’eau où se miroitait une lumière d’un début d’après-midi, se mirait une mélancolique jeune femme qui représentait quelque personnage mythologique. Le vieux jardinier binait un des parterres. Au passage d’Isabelle et de sa compagne, il se redressa tant bien que mal, montrant un visage ridé, sec et terreux. Ses yeux tout plissés sous ses paupières avaient du mal à distinguer les deux passantes, mais il marmonna un vague :

    Bonjour, demoiselles.

    Bonjour, père Adrien, répondit Isabelle.

    Quand elles eurent dépassé l’homme, Isabelle ajouta à mi-voix :

    Quel drôle de bonhomme ! Il a un peu une tête de hibou, ne trouvez-vous pas Adélie ?

    C’est en effet, ce à quoi, je pensais. II lui arrive même de travailler la nuit, quand il y a un peu de lune pour l’éclairer. Le pauvre homme a toujours été assez bizarre. En y songeant, je peux dire qu’il n’est guère causant ; mais c’est un bon jardinier et très discret.

    Tout à l’extrémité, encadrant la vielle tour, des bâtiments bas aux toits d’ardoise, servaient de communs. La petite maisonnette du portier était maintenant occupée par Dominique qui accomplissait cet office depuis que le comte Rudolph lui avait offert l’opportunité de remplacer le précédant titulaire devenu trop âgé. C’est donc Dominique qui avait, maintenant, la charge de portier comme du vivant de la vieille comtesse. Sa sœur faisait le ménage de la vieille tour et s’occupait également de préparer les repas pour Victoria, Isabelle et Adélaïde. Angèle faisait office de femme de ménage et femme de chambre en même temps que cuisinière. Il n’était pas rare que la domesticité porte plusieurs casquettes dans les domaines trop grands à entretenir, et aux revenus amoindris par la conjoncture économique du moment, les châtelains en étaient réduits à diminuer leur personnel ou à doubler leur temps de service avec les mêmes émoluments.

    Isabelle et Adélie marchait sur le chemin, le long de la rivière, il y avait encore de l’ombre, et l’eau proche envoyait jusqu’à Isabelle un peu de fraîcheur.

    A deux kilomètres du village, Adélie et elle prirent un chemin plus étroit. Elles longèrent la grille du château de Mme de la Chamalières. Par endroit, la route s’élevait légèrement, s’enfonçait sur cent cinquante mètres dans les bois où principalement poussaient de majestueux hêtres puis, revenait à découvert, jusqu’à Aiguë-blanche.

     

    85

    sceau copyright

      

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -84-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -86- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :