• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -70-

    Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -34-

    Ce sourire était un sourire de satisfaction atténuant sa souffrance. Cette fois, elle venait d’avoir le dernier mot sur cette femme qu’elle ne pourrait jamais supporter.

    — Détestable enfant ! S’affligea Édith ; mais cette appréciation s’accompagnait d’un sourire qui devait en diminuer la portée, afin de rien laisser paraître de la haine qu’elle portait à la fille de son époux.

    — Espérons que la société de sa cousine et de son cousin, que je suppose, tous deux, bien élevés, lui seront profitables puisque ni vous, ni moi, ne pouvons rien obtenir d’elle. Peut-être que des étrangers réussiront-ils mieux, là où nous avons échoué ?

    — Peut-être. En tout cas, vous serez délivrée de ce soucis, ma chère amie. Nous la laisserons quelques années là-bas, et à son retour, nous tâcherons de la marier le plus tôt possible, chose sans doute difficile puisqu’elle n’aura pour dot qu'une somme dérisoire légué par sa grand-mère si elle la conté dans son testament, et qu’elle manquera totalement, je le crains, du charme et de la grâce qui auraient pu, aux yeux de certains jeunes partis, former compensation.

    Édith soupira, en murmurant d’un ton de regret qui sonnait faux, mais que Rudolph de Rubens prit pour une sincère affliction :

    — J’aurais tant voulu remplacer sa mère, faire d’elle la sœur de ma Ludivine ! Hélas, il me faut renoncer à vaincre cette ingrate nature, à conquérir cette enfant qui me déteste ! C’est une véritable souffrance pour moi, Rudolph. Mr de Rubens s’approcha, lui prit la main et il y appuya ses lèvres :

    — Vous êtes tellement bonne mon aimée ! Cette enfant est odieuse. Je ne sais de qui elle tient, car Daphné avait une nature douce et aimable.

    — De votre mère, peut-être ?

    La physionomie de Rudolph s’assombrit.

    — Ah ! Oui, de ma mère... c’est possible... mon père n’a pas été heureux auprès d’elle, et elle vient de nous jouer un tour infernal !

    La voix d’Édith prit tout à coup des intonations très dures.

    — Ces bijoux... Qu’a-t-elle pu en faire ? Je me le demande. Il ne peuvent pas être très loin ? Quitte à sonder toutes les dalles, il devrait bien y avoir une ou deux de celles-ci qui sonne le creux et puis, quitte à démonter tout ce qui est susceptible de dissimuler une cachette devra être visité.

    70

    sceau copyright

     

      

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -69-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -71- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :