• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -24-

    Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -23-

    Enfin, elle se força à frapper sur une des portières donnant dans la salle où se tenait sa grand-mère. Un battant s’ouvrit, laissant apparaître le doux visage d’Antoinette qui lui sourit, mais ne dit pas un mot en s’effaçant devant la jeune comtesse. La jeune fille lui rendit son sourire et pénétra dans la pièce. Elle s’avança d’un pas léger sue les dalles de marbres patinées par le temps. Devant l’une des fenêtres, s’agitaient les feuilles d’un haut marronnier plus que centenaire. Pendant un moment, Isabelle resta à contempler les jeux de lumière que les feuilles provoquaient sur le sol. Elle se dit que depuis plus de trois siècles, il y avait dû en avoir des pas qui avaient foulé cet endroit ? Elle continua prudemment d'avancer, et se retrouva sur le tapis d’Orient poussiéreux qui laissait voir sa trame. Devant l’autre fenêtres, se reposait la vieille comtesse enfoncée dans une vaste bergère. Près d’elle, sur une petite table ronde au pied central, séjournait une paire de lunettes, un tricot commencé, quelques livres et la photo de son époux Stéphan de Rubens.

    Isabelle s’avança précautieusement pour ne pas faire sursauter sa grand-mère. La vieille comtesse semblait, depuis peu, s’être assoupit. L’adolescente sembla surprise lorsqu’elle vit un regard scrutateur s’attacher sur elle. C’était un de ces regards glacés dont certains nobles, telle que Marie-Marguerite de Rubens, née de Brémont, mettent un point d’honneur à cultiver, se considérant comme supérieurs aux gens ordinaires. Ce regard lancé par des yeux qui dénonçaient une froideur incroyablement dure, donnait le ton sur ce qui, en générale, allait suivre. Le voisinage de son teint blafard semblait accentuer la nuance sombre qui dénotait sa dureté d’âme. Lorsque Isabelle fut très près de sa grand-mère, et qu’elle eut fait la révérence traditionnelle que décidément elle détestait. Celle-ci dit brièvement :

    Prendre ce vieux tabouret, et viens t’asseoir près de moi. Je te demande aussi de bien faire attention à ce que je vais te dire.

    Isabelle prit le tabouret recouvert de velours d’un rouge passé, agrémenté, sur les quatre côtés, de clous à têtes rondes d’un doré douteux. Le tissu, jadis très chaleureux, était usé et rendus peu avenant par les années de servitude. Isabelle s’avança plus prêt de sa grand-mère en prenant un air plus qu’attentif pour écouter ce qu’elle avait à lui dire.

    Elle ne l’avait pas vu depuis l’hiver dernier. Aussi fut-elle décontenancée par son changement. Dans sa robe de chambre à la couleur improbable, son corps semblait avoir épaissit, comme enflé. Son teint blême, la boursouflure de son visage dénotaient l’avancée de l’affection cardiaque dont Mme de Rubens soufrait depuis de longues années, et qui s’était aggravée de façon significative depuis ces quelques mois où elle ne l’avait pas visité. Malgré tout, son regard demeurait ferme, et sans aucune douceur.

     24

    sceau copyright

     

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -23-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -25- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 26 Avril 2019 à 10:55

    Bonjour

    doucement on découvre les petites histoires de famille de ces nobles ames

    cela me rappelle un peu un roman classique anglais "La Foire Aux Vanités"

    https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Foire_aux_vanit%C3%A9s

     

    je te souhaite un bon weekend

    a bientot pour mes prochaines lectures de ce roman fantastique,

    je prends une pause et reviendrai apres le 8 mai

     

      • Vendredi 26 Avril 2019 à 12:47

        Bonjour Philippe,

        Merci d'être passé. Je ne connais pas ce roman dont tu m'indiques le lien.

        J'ai donc été voir et j'ai lu le résumé.

        Il est vrais que dans l'histoire même, on peut y trouver quelques atmosphères

        rappelant un peu l'ambiance de ce roman.

        Reposes-toi bien. Bonnes vacances et bon week-end à toi aussi ! Ghis.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :