• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -203-

     Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -34-

    Et bien voilà. Quelque temps après l’horrible accident de ma maîtresse, comme à l’accoutumé, les bûcherons du village venu couper du bois dans la forêt avoisinant l’étang, eurent l’impression d’être les témoins d’une apparition surnaturelle qui ressemblait fort à Mme Daphné de Rubens. Ils n’en crurent pas leurs yeux. Cette vision se produisit à plusieurs reprises. Les bûcherons qui sont de solides gaillards ne craignant rien, et qui ne sont pourtant pas des hommes peureux ! Et bien, ils ne voulaient plus aller dans cet endroit du parc qui faisait face à l’étang-aux-ormes.

    Juliette était bouche baie. Telle une statue de sel, pétrifiée, incrédule devant la brave Émilie. Une apparition ? Serait-ce possible ? Ce qu’elle venait d’entendre était tellement incroyable ? La brave Emilie se rendait bien compte qu’elle avait choqué la jeune fille, mais elle ne pouvait plus s’arrêter. Il fallait qu’elle dévoile toute l’histoire. Elle risqua :

    Cela peut vous paraître impensable ce que je vous confis là, Mlle Juliette, mais c’est comme je vous le dis ! Je ne fais que vous confiez ce qu’il s’est passé après la mort de ma maîtresse, la comtesse Daphné de Rubens... et l’histoire ne s’arrête pas là !

    Dites, ma bonne Émilie. Nous voulons tout savoir. Affirma Renaud.

    Émilie s’exécuta de nouveau :

    Et bien, en écho à ces racontars qui allaient bon train dans le village, Mr le comte, lui-même, descendit voir les bûcherons qui l’informèrent de ce dont ils avaient été témoins.

    Bien qu’il ne voulût pas croire à ce genre de phénomènes, il interdit qu’on parlât de cette histoire d’apparition qu’il qualifiait de divagations de la part de ces hommes. Le comte se mit en colère et certifia que si une seule insinuation, sur ce sujet, devait parvenir jusqu’au château, le village serait sévèrement sanctionné.

    C’est quand même impensable ! Fit William. Personne ne croit aux fantômes de nos jours ! Et c’est une histoire incroyable que vous nous contez-là !

    Je comprends bien, mais c’est la stricte vérité ! Si je n’avais pas confiance en votre jugement, je ne vous aurais rien dit ! Si aujourd’hui je vous confie cette histoire qu’il a fallu taire pendant toutes ces années, c’est pour que vous en tiriez quelques renseignements susceptibles de vous aider dans la recherche de la vérité sur la mort de ma maîtresse. Daphné de Rubens, pour moi n’est pas morte de la façon dont on le dit. J’en suis persuadée ! C’est pour cette raison que la deuxième comtesse de Rubens déteste tant Isabelle. Il y a quelque chose de louche là dessous ! C’est depuis longtemps mon avis !

    Je vous entend bien Émilie ! Dit Renaud. N’ayez crainte ! Nous allons nous servir de vos renseignements pour aider Isabelle, et confondre la comtesse Édith de Rubens. Ses méfaits ne resteront pas impunis.

    203

     sceau copyright 

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -202-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -204- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :