• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -20-

    Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -23-

    Les de Rubens de Monteuroux passaient, depuis déjà pas mal d’années, par les mêmes difficultés financières que ceux d’Aiguë-blanche. Stephan de Rubens, du temps de son vivant, n’aimait pas être restreint dans ses finances : il était dépensier. A son décès, il léguait à son fils, Rudolph de Rubens, et à sa femme Aurélie, une fortune passablement diminuée, ce qui n’était pas fait pour endiguer une ruine qui se profilait à l’horizon une fois les frais de succession payés. Soustraits de ce qu’il restait à partager avec sa mère, s’il ne trouvait pas de solution pour limiter les pertes dues à l’entretien coûteux du château de Monteuroux. Dans quelques années, le domaine serait certainement vendu s’il ne trouvait pas de solutions. Pour ajouter à la déconvenue de la lignée des de Rubens, le comte Rudolph, désintéressé comme tous ceux de sa race, avait épousé une jeune anglaise dont la dote était plutôt une rente que lui avait alloué son frère puisque, comme je le stipule plus haut, seuls les héritiers mâles héritaient de l’entièreté de la fortune laissé par le père. 

    Prénommée Daphné de Meldwin, la jeune femme n’amenait que sa beauté et son éducation raffinée, ce qui avait suffit à rendre Rudolph de Rubens amoureux fou de la jeune femme au point de la faire sienneQuelques temps après, les jeunes gens avaient eu une petite fille prénommée Isabelle, Anne, Roseline de Rubens. Le couple était heureux malgré les difficultés financières pour entretenir le domaine seigneurial, et garder leurs domestiques. Mais le sort allait s’acharner sur le château et sur le comte.

    En effet, cinq ans après son mariage avec Daphné, le grand amour de sa vie, il la retrouva noyée un matin dans l’étang-aux-ormes, parmi les nénuphars. Après avoir cherché toute la nuit sa chère épouse, aidé de toute la domesticité du château. Prit d’un violent désespoir, Rudolph de Rubens fit une dépression nerveuse et l’on craignit pour son équilibre mental et psychique. Sur les conseils du médecin de famille, Rudolph quitta Monteuroux pour des raisons évidentes, et laissa sa petite fille aux soins d’Adélaïde : l’ancienne préceptrice de sa défunte épouse. Peu après son départ, il informa sa mère de ses fiançailles et de son mariage précipité avec Édith d'Argenson.

    Marie-Marguerite de Brémont, issu d’une très ancienne famille franc-comtoise, devenue La comtesse de Rubens, avait une très haute opinion d’elle-même, et l’orgueil de sa race. Elle répondit à son fils que s’il persistait dans ce projet d’épouser une actrice sans talent, et deux fois veuve par-dessus le marché, elle ne l’accepterait jamais en tant que nouvelle belle-fille et ne la recevrait pas davantage chez elle. Rudolph ayant bravé l’interdiction de sa mère en épousant cette deux fois veuve, avec un passé plus que douteux. Marie-Marguerite de Rubens ne pouvait accepter ce qui était, pour elle, un déshonneur et un affront à son autorité. Elle tint parole. Quittant le château neuf qu’elle abandonna à l’intruse, elle s’installa dans l’aile de château vieux, encore habitable, avec ses deux domestiques : Dominique, Angèle sa sœur, ainsi qu’Antoinette, sa femme de chambre et dame de compagnie qui ne la quittait jamais. Une clause du testament laissé par son défunt mari, laissait, à part égale, ce qu’il restait de ses biens, entre elle et son fils, ainsi que la pleine jouissance d’un appartement à Monteuroux que la fortune personnelle de la comtesse Marie-Marguerite avait contribué à entretenir et à rendre conforme aux exigences de l’époque.

    20

    sceau copyright

     

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -19-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -21- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 26 Avril à 10:55

    Bonjour

    doucement on découvre les petites histoires de famille de ces nobles ames

    cela me rappelle un peu un roman classique anglais "La Foire Aux Vanités"

    https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Foire_aux_vanit%C3%A9s

     

    je te souhaite un bon weekend

    a bientot pour mes prochaines lectures de ce roman fantastique,

    je prends une pause et reviendrai apres le 8 mai

     

      • Vendredi 26 Avril à 12:47

        Bonjour Philippe,

        Merci d'être passé. Je ne connais pas ce roman dont tu m'indique le lien.

        J'ai donc été voir et j'ai lu le résumé.

        Il est vrais que dans l'histoire même, on peut y trouver quelques atmosphères

        rappelant un peu l'ambiance de ce roman.

        Repose-toi bien.  Bonnes vacances et bon week-end  à toi aussi ! Ghis.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :