• Le mystère de l'étang-aux-ormes .Page -2-

    Le mystère de l'étang-aux-ormes .Page -5-

    Dans chaque grenier, les fruits pour l'hiver attendaient bien sagement que l'on vienne en prélever quelques uns afin de confectionner de délicieuses tartes et bien d’autres choses.

    Les trois mois d'automne étaient chargés en activités, et se poursuivaient au fils des jours avant que la froidure ne s'installe définitivement. Après les vendanges est été accomplies, venait le ramassage des figues, des pommes à cidre, des châtaignes, des noix, des noisettes, ainsi que d'autres fruits à laquelle ma mémoire ne pense pas, venaient les promenades dans les sous-bois à la recherche de champignons. A partir de novembre, pour ceux qui en avaient le courage, on recherchait les truffes avec les chiens truffier et ce, jusqu'en février.

    Chaque année, la jeune adolescente aimait participer à la cueillette des châtaignes et autres fruits d'automne. Pour les soirées d'hiver, elle était toujours invitée dans une des famille du village. La jeune fille adorait les réunions dans les familles du village. Les gens du village aimaient beaucoup la petite fille de l'ancienne châtelaine qui avait bien grandi depuis sa disparition. Les gens de la campagne sont, en générale, assez durs parce qu’habituer à la dur. D’un autre côté, ils étaient très chaleureux avec elle, n’appréciant pas le comportement du comte son père. Ils avaient une coutume qui se perpétuait depuis des siècles et que l'on appelait la bolée normande qui consistait à se réunir les soirs de froidure pour consommer une bonne bolée de cidre chaud  accompagné de délicieuses châtaignes gardées pour l'occasion, et que l'on faisait griller sur les cendres de chaque grande cheminée ou trônait en permanence une crémaillère.

    Le cidre doux et sucré à souhait, était également disposé sur le devant de l'âtre tandis que les châtaignes grillaient dans de grandes poêles trouées. Il faisait bon se réunir au coin de ces grandes cheminées les soirs ou le froid mordait, ou bien lorsqu’il pleuvait. C’était une joie de déguster le bon cidre chaud et sucré à souhait, tout en mangeant des châtaignes grillées. Ces soirs là, il ne faisait pas bon laisser un chien dehors ni un chat, bien sûr.C’est pourquoi la coutume voulait que l’on partage ces moments de sérénité en famille, les chiens couchés devant l’âtre et les chats ronronnant entre leurs pattes. tout en dégustant la bonne bolée traditionnelle dans de très grands bols empilables, faits de terre cuite. Les anciens aimaient raconter des histoires que les enfants, ainsi que la jeune comtesse, adoraient écouter.  De temps à autre, c'est elle qui amenait des livres de contes. Isabelle lisait à la perfection et chacun écoutait avec beaucoup d'attention ses récits pendant que les paysans discutaient entre eux.

    Pour en revenir à la cueillette des pommes à cidre, ce n'était quand même pas un travail facile et, de plus, la dangerosité se trouvait dans la multitude de vipères qui se dissimulaient dans les parcelles à pommiers. En ces temps reculés, elles étaient légion. Il fallait faire très attention ou l’on posait ses mains gantées et se chausser en conséquence pour se protéger le mieux possible de ces serpents nuisibles. Des accidents mortels s’étaient déjà produit et la vigilance était de mise.

    Chaque année, à l’arrivé de l’automne, Isabelle aimait s'attarder sur les hauteurs ou les odeurs des foins lui parvenaient de la vallée. Le parfum des pommes mûres mélangées à toutes sortes d'effluves provenant de multiples fleurs et fruits, exhalaient leurs essences enivrantes qui emplissaient ses jeunes poumons.

    2

    sceau copyright

      

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes .Page -1-Le mystère de l'étang-aux-ormes .Page -3- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :