• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -193-

    Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -34- 

    Renaud avait laissé sa voiture dans la cour en attendant que fussent partis les hôtes demeurés encore aujourd’hui au château pour assisté à la cérémonie funèbre.

    Il ne lui fallut que cinq minutes pour atteindre Aïgue-blanche tant il était absorbé par ses pensées. Comme la servante l’introduisait dans le vestibule, une fraîche apparition se montra au seuil de la porte menant au salon. Juliette, vêtue pour le deuil qui, malgré les circonstances, avait les yeux éclairés d’une gaîté démontrant le caractère enjouée de la jeune fille. A la vue de l’arrivant, elle dit :

    Ah ! C’est vous monsieur Renaud de Montégu-Meldwin !

    Et vous, sans doute, mademoiselle Juliette de Beau-levant ? Isabelle m’a montré une photographie de vous.

    Et elle a fait de même pour vous. Mais elle ne vous a pas accompagné ? J’espérais la voir aujourd’hui.

    Elle ne s’est pas sentie encore assez bien... Aurais-je le plaisir de rencontrer le comte Rubens-Gortzinski, mademoiselle ?

    Mon frère est à une de ses fermes auprès de son fermier pour examiner une vache prête à vêler le vétérinaire doit être avec eux. J’espère qu’il ne vas pas tarder ? Si son absence devait se prolonger, je vous conduirais près de lui, car il serait certainement contrarié de ne pas vous voir. Voulez-vous bien me suivre : ma mère et mon frère André sont au salon.

    Dans cette pièce un peu fanée, mais toujours très bien tenu et orné de fleurs par Juliette, Renaud parut aussitôt être à son aise, comme dans un cadre familier. Il entendit de vifs éloges sur Isabelle, auquel il s’associa chaleureusement. Son regard s’attardait avec sympathie sur le fin visage d’André, animé par une profonde vie spirituelle intérieure, et sur celui de Juliette si vivant, et d’une si naturelle fraîcheur.

    Au bout d’une demi-heure, William ne paraissant pas, la jeune fille emmena leur hôte vers la ferme, en disant qu’il verrait ainsi une partie de leur domaine. Ils partir tous deux, le mince Anglais à la chevelure blonde, et la jolie Juliette. Dès ce premier contact avec la jeune fille, ils paraissaient, tous deux, fort bien s’entendre. A mi-route, ils rencontrèrent William qui revenait de la ferme. Tout s’était très bien passé : le petit veau était née. Après de cordiales poignées de mains, tous trois reprirent la route du Château désireux, chacun de leurs côtés, d’avoir un entretien seul à seul. Pour se faire,William et Renaud souhaitèrent que Juliette les laissât un moment. Comme ils arrivaient dans la cour d’Aïgue-blanche, William dit à sa sœur :

    Veux-tu bien nous préparer le thé ma petite Juliette, nous allons fumer une cigarette, et nous vous rejoindrons.

    A tout à l’heure donc, messieurs dit-elle en esquissant par plaisanterie une révérence.

    193

    sceau copyright  

     

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -192-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -194- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :