• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -192-

    Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -34- 

    Chapitre XV 

    Anéanti par tant de vérités assénées, par Isabelle, et son neveu, le comte tourna les talons sans avoir obtenu les réponses qu’il souhaitait entendre. D’après sa femme, elles devaient à tout prix, aller dans le sens de ses convictions, alimentées par sa méchanceté dont il n’avait même pas conscience. Le comte, Frustré, quitta la pièce le dos courbé. Il avait, l’espace de cette mise en défaut par sa fille, vieillit de quinze ans.

    Renaud songea : Il me fait l’effet d’un malfaiteur ayant manqué son mauvais coup. Le jeune homme alluma une cigarette et s’accouda à la fenêtre en méditant sur ce à quoi il venait d’assister, jusqu’au moment où Adélaïde reparut.

    Comment va-t-elle ? Demanda-t-il.

    Je lui ai donné un calmant, pauvre petite, et j’espère qu’elle sera mieux tout à l’heure. Mais c’est abominable, Mr de Montaigu !

    Abominable, en effet... de la part d’un père surtout. Quelle affreuse intrigue a donc pu combiner cette affreuse Mme de Rubens ?

    Hélas ! Je la crois capable de beaucoup de choses. Edith d’Argenson n’a jamais aimé ma petit Isabelle.

    Renaud se pencha pour secouer la cendre de sa cigarette. Il semblait songeur. Au bout de quelques instants de réflexion, il demanda :

    Croyez-vous qu’il y ai quelque chose de vrai dans ce que prétend mon oncle au sujet d’une inclination d’Isabelle pour William ?

    Adélaïde hocha la tête.

    Je n’en sais rien. Pour ma part, je ne m’en suis pas aperçue.

    Ils avaient d’excellents rapports d’amitié, depuis le retour d’Isabelle, alors qu’autrefois il existait entre eux une sorte d’hostilité provoqué par les sournoises calomnies de Mme de Rubens et de sa fille à l’égard de ma filleule...

    Oui, des calomnies, toujours. Détruire une réputation par tous les moyens. Ce doit être encore aujourd’hui son but… Je vais aller voir dès maintenant le comte de Rubens-Gortzinski, mademoiselle. Il faut que nous parlions ensemble de ce qu’il vient de se passer. Muni des indications d’Adélaïde sur la route à suivre, Renaud quitta la vieille tour tout en songeant qu’il était arrivé à temps pour porter secours à sa cousine.

    192

    sceau copyright  

     

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -191-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -193- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jo
    Vendredi 17 Mai à 20:28

    Hello Ghislaine

    Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose....

    C'est une bonne illustration de proverbe, bravo.

    Gros bisous

    Jo

      • Samedi 18 Mai à 11:41

        Coucou cher Jo,

        A-tu lu les  pages du chapitre 14 ou Isabelle balance à la face de son père,

        tout ce qu'elle gardait depuis des années en elle ?

        A mon avis, ça vaut le coup ! 

         La page que tu viens de lire, et une grande partie du chapitre 14,

          forment un tout fracassant, et ce n'est pas finit !

        Merci pour ton passage et ton gentil commentaire. Bisous, Ghis.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :