• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -19-

    Elle commanda tout son petit monde d’une main de fer. Elle fit faire des travaux de réparations par les hommes étant à son service, les dépendances qui, par endroit, en avaient vraiment besoin. Elle fit faire des travaux de réparation sur les façades qui partaient, par endroits, en décrépitude. Elle ne voulait pas habiter un manoir ou la ruine s’installait. Elle fit rénover les dépendances qui avaient vraiment mauvaise mine : la main d’œuvre n’étant pas exorbitante, elle pu tout revoir sans mettre en péril les reste de ses avoirs. Lorsque tout fut, de nouveau, à sa convenance, elle embaucha des gens de maison car elle ne pouvait s’occuper du domaine seule. En comptant au plus juste, elle prit à son service : une Femme de chambre, une intendante, une cuisinière et deux bonnes faisant office de femmes de ménage, un jardinier qui devait également faire office de chauffeur lorsqu’il fallait qu’il conduise sa maîtresse en ville. La comptabilité concernant les besoins du manoir, les salaires concernant son personnel et ses propres besoins, étaient sous sa responsabilité.

    Au bout d’une saison, les terres commencèrent à bien produire, rapportant suffisamment pour payer ces gens. Les métayers, travaillaient très bien et le rendement des fruits et légumes était satisfaisant. Pour les autres terres, Catherine avait aussi sous contrats des fermages. Ce qui lui rapportait suffisamment pour survivre. La comtesse était fière du travail accomplit. William, en bon fils, avait fait de bonnes études, et une fois sorti de l’Institut Agronomique, il s’était posé en repreneur des affaires de sa mère qui lui avait confié la gestion du domaine puisqu’il était le seul homme capable de diriger et surveiller les métayages et les fermages constituant leurs diverses sources de revenus. Les terres s’étendaient à perte de vue et il fallait bien des fermiers et des métayers pour entretenir toutes les parties cultivables, surveiller la production des arbres fruitiers produisant de belles pommes à cidre. Chacun y trouvait son compte. William avait emprunté suffisamment pour aménager une cidrerie, et il s’était mis à produire du cidre afin d'en faire le commerce.

    Mme la baronne de Beau-levant, pour la noblesse du nom des de Rubens, et sa satisfaction personnelle comme pour sa réputation, avait exigé de reprendre le patronyme de son père, se sentant plus en accords avec son titre de comtesse de Rubens, bien plus honorifique que celui de son défunt mari qui l’avait presque mené à la ruine. Elle fit le nécessaire auprès de son notaire et lorsque ce fut officiel, fatiguée par toutes les déceptions vécues pendant nombre d'années, et ce qu’elle avait accompli par elle-même afin de surveiller les travaux de part et d’autres pour remettre Aiguë-Blanche sur le chemin de la renaissance avant que son fils ne revienne avec des diplômes en mains. Elle se sentait épuisée : ce n’était pas facile pour une dame de son rang qui n’était déjà plus très jeune. Elle laissa complètement la gestion du domaine à William qui se révélait être un excellent homme d’affaire. Il y avait beaucoup de travail mais, dans quelques années, l’exploitation serait plus que rentable et le domaine d’Aiguë-blanche revivrait pleinement.

    19

    sceau copyright

     

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -18-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -20- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 23 Avril à 10:50

    Bonjour

    avec la volonté de fer de cette dame le domaine fut sauvé et il est bien reparti

    je poursuis doucement mon chemin de lecture, et la passion de ce roman fantastique

    je vais prendre une pause pour la fin de semaine et le mois de mai, je reviens encore ce vendredi puis je me reposerai jusqu'au 8 mai

      • Mardi 23 Avril à 13:05

        Bonjour Philippe,

        Merci pour ta visite, et tu as tout à fait raison de te reposer. 

        Je suis très heureuse que ce roman te passionne !

        Bon repos mon ami ! Ghis.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :