• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -187-

    Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -34-

    C’est Ludivine qui m’a appris la vérité avec l’intention de me faire mal juste avant que je ne parte pour l’Angleterre ! Trouvez-vous qu’elle a agît par compassion ou une quelconque tendresse envers moi ?! Avez-vous essayé de comprendre pour quelle raison il y avait de l’inimitié entre votre femme, sa fille, et moi ?! Pourquoi avez-vous toujours été très dur avec moi... ou absent ?! J’avais besoin de vous, père ! Pourquoi avez-vous laissé faire votre femme qui avait pour dessein de vous éloigner de moi ?! Je n’aime pas votre deuxième femme, pas plus que je n’ai aimé sa fille : toutes aussi sournoises, l’une que l’autre ! Elles me l’ont d’ailleurs, toutes deux, bien rendu, et sans se forcer ! Elles vous ont manipulé et vous ont fait croire ce qu’elles voulaient ! Je me suis éloigné de leur malfaisance afin d’échapper à leur mauvaise influence. A mon retour d’Angleterre, sous des manières doucereuses et pleine de fausseté, elles étaient toujours les mêmes ! Rien n’avait changé entre elles et moi, et même encore aujourd’hui ! Ne pensez-vous pas que vous y allez un peu fort dans vos soupçons ? Pour la deuxième fois ! Je vous pose la question ! Pensez-vous vraiment que je sois capable de tuer par jalousie, ou par rancœur, ainsi que vous semblez le croire ?!

    Isabelle hurlait carrément ces mots à l'intention du comte, stupéfait de tant de colère rentrée en elle depuis toutes ces années, et qui se libérait, tel un ouragan sur ses manquements vis à vis d'elle. C'était vraiment des cris d'indignation, à la limite de l’hystérie. Isabelle ne se contenait plus. Les paupières du comte battirent sur ses yeux qui semblaient ne pas pouvoir soutenir le regard franc d’Isabelle.

    Je ne dis pas cela... je... je cherche à connaître les circonstances… Quelque chose me choque : Il y a des choses troublantes là-dedans…

    De quelles choses troublantes voulez-vous parler ? Il n’y en a pas sauf dans l’esprit vengeur de votre femme qui ne supporte pas la perte de sa fille et de son petit-fils ! En élevant sa fille de cette manière, sans aucune limite, et en gâtant son petit-fils sur le même modèle que celui de sa mère, elle les à mener, elle-même, à leur malheur ! Tout se paie dans la vie lorsque l’on a le fond méchant ! Dieu est là pour rendre sa justice, et celle-ci est divine !

    Vous ne pouvez rien y faire ! Ce que veut votre harpie de femme, c’est orienter la culpabilité de cette perte douloureuse pour elle, sur moi ! Mais parlez donc ? Dites quelque chose ! Lança violemment Isabelle.

    Heu ! n’aurais-tu pas une faiblesse pour ton cousin ? La pauvre enfant nous en a parlé juste avant l’accident. Elle était malheureuse de voir William se détourner d’elle.

    Piquée au vif, Isabelle se leva si brusquement de sa chaise, que celle-ci se renversa. Son visage s’empourpra, la faisant de nouveau réagir avec une violence décuplée :

    Ah ! C’est cela que vous pensez ? Vous accusez votre fille d’être une briseuse de couple ? Est-ce cela que vous pensez de moi ?

    187

    sceau copyright  

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -186-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -188- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :