• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -174-

    Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -34-

    Mais Isabelle ne s’excusa pas. Laissant reposer les rames, elle regarda Ludivine droit dans les yeux avec un air courroucé.

    Assez d’insinuations ! Parlez franchement pour une fois dans votre vie, si vous en êtes capable. Ce petit jeu vous amuse, mais il a assez duré ! Êtes-vous donc venu pour m’indisposer volontairement par votre présence et vos questions à double sens ?

    Et bien oui. Je l’avoue. Cela m’amuse de vous mettre mal à l’aise...

    Mais parlez franchement au lieu de tergiverser ! Ne voyez-vous pas que vous m’exaspérez ?

    Oh ! Il n’en est nul besoin, chère Isabelle ! Vous me comprenez tout à fait bien, je le vois…

    Hors d’elle, Isabelle lui lança :

    Vous êtes une personne vicieuse et capricieuse ! N’avez-vous pas honte de faire subir à votre mari ce calvaire ! Vous n’êtes qu’une mauvaise femme très consciente du mal que vous faites autour de vous et principalement à William ! Votre mariage n’est qu’une parodie ! Une mascarade ! Un caprice de votre part ! Vous êtes l’exact portrait de votre mère, et votre fils vous ressemble trait pour trait ! Il n’est pas étonnant que mon cousin ne veuille pas vous laisser élever le petit à élever !

    Je ne vous permets pas !

    Oh ! Mais si ! Vous allez m’écouter, que cela vous plaise… ou non !

    Pendant ce temps, la surveillance du petit garçon avait échappée à sa mère. Et l’enfant de barboter à sa guise de ses deux petites mains...

    Thierry, ne te penche pas comme cela !

    Je veux les fleurs !

    Ne tenant pas compte des désirs de l’enfant, Isabelle attaqua sans plus se retenir. Cette fois Ludivine avait été trop loin, et elle ne comptait pas se laisser faire. Sur un ton méprisant, elle continua :

    Vous êtes jalouse et incapable d’élever votre fils correctement ! Il est aussi capricieux que vous l’êtes, vous-même ! Oh ! Et puis, je vous ramène ! Allez déverser votre venin ailleurs !

    Sur ce, Isabelle qui s’était arrêtée un instant près du jardin de nénuphar, reprit les rames pour s’en éloigner, et se rapprocher de la berge, n’ayant aucunement l’intention de cueillir une fleur pour l’enfant, et encore moins de se justifier auprès de Ludivine qui insista afin que Isabelle veuille bien cueillir la fleur tant désiré par l’enfant capricieux.

    Je veux les fleurs ! Fit le petit Thierry.

    Attrapez-lui une de ces fleurs, Isabelle ! Je le lui ai promis !

    Je ne suis pas à vos ordres ! Arrêtez de céder à ses caprices et soyez un peu moins capricieuse, vous-même !

    174

    sceau copyright  

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -173-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -175- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :