• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -173-

    Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -34-

    Malheureux William ! Quel avenir l’attendait avec cette femme et cet enfant qu’elle voulait modeler à sa ressemblance ? Au bas des trois degrés allant jusqu’à l’eau, la barque était attachée à la chaîne que Mr de Rubens avait renouvelé, ainsi que la barque, deux mois auparavant pour complaire à un caprice de sa belle-fille, qui voulait faire des promenades sur l’étang.

    Il advenait souvent que l’on céda à ses fantaisies. Celle-ci n’avait guère profité, pendant l’été presque achevé, de son envie de faire de la barque. Seule Isabelle avait eu le loisir d’en profiter en donnant une leçon de canotage à Juliette. Quand Ludivine et son fils furent assis, Ludivine détacha l’embarcation, puis, ayant pris les rames, elle s’éloigna sur l’eau paisible où l’ombre s’étendait, maintenant sur toute la surface du lac. Cette fraîcheur toute relative faisait du bien, et le petit Thierry s'amusait à agiter l'eau du bout de ses petites mains qu'il laissait pendre en dehors de la barque, ce qui n'était guère prudent. Isabelle en fit la remarque, mais Ludivine, souriante sous sa capeline blanche, ne semblait pas s'en soucier.

    Elle était assise en face d’Isabelle et ne savait que sourire malicieusement afin de se sentir en supériorité par rapport à elle. Sa robe d’une teinte d’un vert-pâle, accentuait cette apparence de fine porcelaine du teint si délicat et rosé de la jeune femme. Elle regardait Isabelle avec un air de candide curiosité, préparant sa prochaine attaque :

    Vous avez bien mauvaise mine. Il paraît que vous avez été souffrante ?

    Oui, un peu.

    C’est pour cela que vous avez quitté si tôt les salons, l’autre soir ?

    C’est pour cette raison, en effet. La brièveté des réponses ne désarçonna pas Ludivine qui continua son bavardage soupçonneux sous ses airs de candeur exaspérante pour Isabelle.

    William aussi est parti très vite aussi.

    Quel drôle de petit sourire elle avait ; mais elle continuait de regarder ingénument Isabelle. Sur un ton badin, Ludivine insista ses insinuations malsaines :

    Si cette soirée l’ennuyait, il a eu bien raison. Oh ! Bien évidemment ! Je ne lui en tiens pas rigueur ! Il a pu trouver plus agréable d’aller rêver dans la nuit où il a eu la charmante surprise de vous y rencontrer...

    Cette fois, Isabelle n’y tenait plus. Il fallait qu’elle fasse taire cette péronnelle ! Elle eut un instant d’humeur, et lança :

    Mais vous n’arrêterez donc jamais avec vos sous-entendus !

    Les rames frappèrent l’eau si fortement que des gouttes jaillirent sur Ludivine et l’enfant.

    Que vous prend-il ? Vous nous mouillez, Isabelle !

    173

    sceau copyright  

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -172-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -174- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :