• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -170-

    Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -34-

    Isabelle installa son chevalet, s’assied sur son petit banc, et considéra pensivement le cadre familier qu’elle voulait reproduire en fond de toile ; mais au bout de quelques minutes, des pas légers lui firent tourner la tête. Elle aperçu Ludivine qui venait vers elle, tenant son fils par la main. Sa tranquillité fut de courte durée. Le sang lui monta au visage sous la poussée d’une violente émotion qui la mit hors d’elle, elle prit sa tête des mauvais jours. Il ne manquait plus que cette chipie à ce moment précis ou elle ne voulait voir personne et surtout pas elle ! Que venait-elle faire de ce côté-ci du domaine, elle qui n’aimait pas cet endroit, et surtout accompagnée de son fils ? Elle l’entend encore précisé à William, lors de leurs promenade sur les berges de l’étang, qu’elle n’appréciait guère le lieu ou sa chère mère était morte. Isabelle se devait de garder son calme et ne rien montrer de son ressentit. Elle continua son esquisse sans tenir compte de Ludivine qui approchait. Celle-ci arriva à sa hauteur et susurra :

    Vous travaillez, Isabelle ? Vous voulez peindre l’étang ?

    Une partie, du moins. Lui pondit-elle en même temps qu'elle la questionna. :

    Que venez-vous faire à cet endroit ? Je croyais que vous n’aimiez pas cette partir du parc ?

    Comment savez-vous que je n'aime pas cette partie du domaine ? Avez-vous entendu mes propos le jour ou William et moi nous, nous promenions justement sur les berges de cet étang ? Etiez-vous là , cachée quelque part lorsque nous nous sommes querellés au sujet de votre mère ?

    Cela ne vous regarde pas. Mais sachez que je suis au courant de choses que vous ne soupçonnez même pas.

    La jeune femme eut un rire doux et moqueur.

    Aimable Isabelle ! Mais je ne m’offense pas de vos réponses acerbes, heureusement.

    Vous avez, vous-même, la manière d’exaspérer les gens, et provoquer mes réponses !

    Oh ! Je ne m’en offusque guère ! C’est un fait de votre nature ; il faut prendre celle-ci comme elle est. En tout cas, telle que vous êtes, vous avez produit un effet foudroyant sur Frantz Müller, comme père a dû vous le dire ?

    Isabelle ne répondit pas ; mais elle avait remarqué que Ludivine appelait son beau-père : Père... A vrais dire, cela ne l’étonnait pas vraiment, vu la façon qu’elle avait de s’accaparer tout ce dont elle estimait avoir droit. Elle songeait : Qu’elle s’en aille ! Mais qu’elle s’en aille ! Ses doigts se crispaient sur le manche du pinceau qu’elle tenait. Ludivine, sachant très bien exaspérer Isabelle, se pencha pour mieux voir l’esquisse. Isabelle sentit monter à ses narines le délicat parfum de vanille dont se servait la jeune comtesse : ce qui l'agaçait au plus haut point.

    170

    sceau copyright  

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -169-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -171- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :