• Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -157-

    Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -34-

    — Comme moi j’aurais eu besoin des miens... si on ne m'avais pas privé de ma mère, à ce jour, j'aurais eu mes deux parents... pensa Isabelle.

    Sans faire attention à la triste mine de sa fille, le comte ajouta :

    — William peut faire valoir également la santé fragile de son fils et argumenter sur l’air de Paris qui n’est pas bon pour ses jeunes poumons fragiles.

    La d’Argenson secoua la tête, très déterminée à ne pas laisser gagner son beau-fils.

    — Nous trouverons bien un moyen de tourner la difficulté...Voyez, chère enfant, quels soucis apporte un mariage ! Au fond, vous avez peut-être bien raison de ne pas vouloir vous marier.

    Intérieurement et pour une fois, Isabelle donna raison à son père, mais ne répondit pas à sa belle-mère afin de ne lui laisser aucune prise sur ce qu’elle aurait à faire valoir. Après tout, elle n’avait jamais eu son mot à dire sur les sujets abordés par sa belle-mère, à part concernant les reproches que celle-ci aimait lui infliger par l'intermédiaire de son père ! Elle ne désirait pas davantage en avoir aujourd’hui sur leur façon de vivre qu’elle n’appréciait pas. Elle prit congé après avoir dû, à contre cœur, accepter de venir dîner le soir même au château.

    En prenant le chemin de la vieille tour, Isabelle trouva dans sa chambre une lettre de son cousin Renaud qui se trouvait en ce moment dans les Pyrénées. Elle était posée sur le petit bonheur du jour qu'elle avait récupéré dans un des greniers des deux château jumelé. Renaud l’informait de son intention de venir à Monteuroux pour le mois d’août prochains. Cette nouvelle effaça quelque peu l’impression désagréable due à son entrevue avec son père et la venue de sa femme toujours aussi sournoise, l'obligeant à accepter une invitation pour le soir même dont elle se serait bien passée. Isabelle soupira en pensant qu’il lui faudrait encore plus d’une fois endurer la présence de la d'Argenson.

    Après l'entrevu avec son père ou elle avait apprit son projet de vendre Monteuroux dans le courant de l'année, Isabelle dû prendre sur elle pour informer Adélie de la nouvelle. Adélaïde fut consternée par ce projet. Cet endroit était plein de souvenirs qu'elles allaient, toutes deux, être obligées de laisser derrière elles. Ainsi, Monteuroux n’appartiendrait plus aux de Rubens ? C’était là, pour elle, comme pour Isabelle, le coup le plus rude qu’elles venaient de prendre en plein cœur, d’autant plus que la vente probable de Monteuroux était inattendu. Jamais Isabelle n’avait songé une seule seconde que son père pût ne pas conserver le vieux domaine, car elle savait que sa belle-mère, tout en y séjournant guère, tenait à ce témoin du passé qui la consacrait comtesse de par l'ancienneté de cette lointaine noblesse concernant la famille dans laquelle son mariage l’avait fait entrer. Il fallait donc une raison majeure pour qu’elle y renonçât, et c'était le manque de liquidité. Sa fortune personnelle était encore conséquente, mais son mari ne pouvait se passer des avoirs de sa femme, ce qui les réduisait à diminuer leur train de vie dans ce qui était le moins indispensable à leurs yeux, puisqu'ils n'y venaient guère que les quelques semaines les mois d'été, et que les dépenses causées par l'entretient du château étaient bien trop conséquentes. D'après ce que Isabelle avait comprit, la d'Argenson tenait à son train de vie loin de Monteuroux pensant, à juste titre, que l'argent de la vente pourrait les remettre à flot. Son père était complètement à la merci de cette femme. Isabelle ne pouvait décidément pas accepter sa belle-mère comme étant la  dernière comtesse de Rubens mariée à son père...

    157

    sceau copyright 

     

    « Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -156-Le mystère de l'étang-aux-ormes. Page -158- »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :